Quand on est victime d’un accident de la route, on est déjà dans un tel état de stress et de bouleversement à tous les niveaux que le fait de devoir gérer la partie administrative et les démarches d’indemnisation est une surcharge qui peut s’avérer insurmontable pour beaucoup de personnes.

Et même si vous vous en sentiez capable, quand on a été victime (soi-même et / ou un ou plusieurs de ses proches), d’un accident de la route suffisamment grave, les méthodologies visant à indemniser correctement les victimes sont méconnues du grand public et le fait de ne pas recourir à un avocat spécialisé en accident de la route pourrait vous empêcher de bénéficier d’une certaine somme visant à réparer les dommages subis par la ou les victimes.

Réparation du préjudice corporel

Quand on est victime d’un accident de la route, il faut savoir que les avocats des assurances feront toujours en sorte de vous indemniser du moins que possible. Pourtant le traumatisme peut être grand et les séquelles importantes et avec des conséquences pouvant aller jusqu’à la fin de votre vie.
situation handicap victime de la route

Traumatismes crâniens, handicaps, atteinte de la moelle épinière… les situations de préjudice corporel lourd sont multiples et protéiformes avec, très souvent, des incapacités temporaires ou permanentes de travailler. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de faire appel à un avocat spécialisé dans les accidents de la route. Pourquoi ? Parce que de tels préjudices corporels, pour être pleinement considérés, doivent être analysés dans le détail par des experts avec lesquels un avocat spécialisé évoluera en équipe : médecins, ergothérapeutes, prothésistes, etc.

Réparation d’autres préjudices subies par les victimes

Nous l’avons vu, les préjudices corporels peuvent être conséquents et déjà donner le droit à une indemnisation conséquente, mais il faut bien voir que celle-ci doit couvrir un préjudice qui peut être bien plus grand encore. C’est là que le fait de recourir à un spécialiste des accidents routiers prend tout son sens. Comme le mentionne régulièrement l’avocat Maître Régley, avocat spécialisé en accident de la route à Lille, derrière le préjudice corporel des suites d’un accident de la route il y a régulièrement un préjudice économique subie par la victime et / ou sa famille.

C’est typiquement le genre d’indemnisation dont vous ne bénéficierez pas si vous ne faites pas la démarche de vous faire assister par un professionnel pour assurer la défense de vos intérêts. Quand on sait les sommes que cela peut représenter, il n’y a pas à se poser de questions. Bien sûr, ces sommes ne peuvent pas tout faire, mais elles ont été prévues pour vous permettre de compenser un dommage réel et vous y avez le droit.

Quel rôle joue l’avocat qui défend la victime d’accident de la route ?

Pour pouvoir assurer convenablement son travail, il est nécessaire d’avoir l’ensemble des faits à disposition. Cette partie « étude » peut être très longue à se réaliser et il arrive que des reports d’audiences soient régulièrement demandés par l’une ou l’autre des parties.

role de l avocat

La tâche de l’avocat de la victime d’un accident de la route (son rôle) est extrêmement délicate pour plusieurs raisons. En pratique, il n’est pas sur un pied d’égalité dans la mesure où sa liberté de parole a des limites et le fait qu’il ne peut récuser les jurés comme il l’entend au début du procès.

Toutefois pendant tout le déroulement du procès, il a la possibilité de défendre la victime en intervenant et en posant toutes les questions qu’il souhaite, que ce soit à l’accusé ou aux accusés, aux témoins, aux experts ou encore à la victime elle-même.

Quand vient l’heure de la fin du procès, l’avocat défendant la victime de l’accident de la route est le premier à plaider. L’avocat général est le second à prendre la parle et son intervention, bien que souvent défavorable à l’accusé, n’est pas nécessairement accordée avec celle de l’avocat de la victime. La manière dont ses succèdent ces plaidoiries  ne représente pas nécessairement un avantage dans la mesure où les jurés entendent en guise de conclusion celle de l’avocat de la défense. A cette occasion, l’avocat de la victime ne peut véritablement parler et cela peut générer une certaine frustration pour la personne qu’il défend. Son rôle se borne à sensibiliser la Cour et les jurés de la douleur vécue par son client. En pratique, il ne demande pas de rendre justice mais « réparation » en évoquant les faits qu’il reproche à l’accusé.

C.S