Souvenez-vous de la dernière fois que vous avez assisté à un cours dans un CFA ou à un séminaire. Vous vous souvenez du formateur qui s’est levé devant la classe et a livré le matériel sans effort ? Rappelez-vous à quel point ils sont apparus naturels et faciles à vivre? Ils étaient certainement un expert dans leur domaine. L’un des meilleurs avantages ? Ils étaient payés pour partager leur expertise. Avez-vous déjà pensé : « Je peux faire ça ? » Avez-vous déjà envisagé de devenir formateur indépendant ? Si c’est le cas, voici quelques astuces pour vous aider à y parvenir.

Petit point juridique sur la formation avant d’aller plus loin

Les formations professionnelles sont régies par le Code du travail français mais aussi par des règles commerciales. Toute personne physique, entreprise individuelle ou morale (société) qui propose des activités de développement des compétences est considérée comme un « prestataire de formation ». Il s’agit donc d’avoir a minima une déclaration d’activité (Entreprise individuelle, SAS, etc.) pour devenir freelance et travailler à son compte. De même, les formations sont aujourd’hui particulièrement encadrées pour qu’elles soient prises en charge par les employeurs, les OPCO (Opérateurs de compétence). Ainsi, la certification Qualiopi impose que tous les Organismes Prestataires d’Actions de développement des Compétences (OPAC) qui bénéficient d’un financement public ou mutualisé, doivent être certifiés. Ce qui ne signifie pas pour autant que l’on ne puisse pas être formateur freelance en sous-traitance d’organismes qui ont la certification.

Déterminez vos informations d’identification

Des diplômes sont-ils nécessaires pour pouvoir former dans votre domaine particulier ? Cela peut ne pas être nécessaire si vous vous formez à des compétences non techniques telles que le service client. Si vous suivez une formation sur les ordinateurs, vous devrez peut-être obtenir des informations d’identification certifiant que vous êtes qualifié pour enseigner la matière. Ainsi, commencez par déterminer les choses que vous aurez besoin. Pour vous faciliter la tâche, posez-vous ces quelques questions :

  • Quel est le domaine que vous avez choisi ?
  • Qui sont vos cibles ?
  • Quelles sont les compétences nécessaires ?
  • Quels sont les diplômes requis ?

Inscrivez-vous à un cours de certificat de formation personnelle

Faites-vous certifier par un organisme accrédité si vous êtes dans une spécialité (Par exemple certifiez-vous Microsoft si vous donnez des cours sur l’utilisation des services Microsoft). Cela signifie essentiellement que les organisations accréditées ont leurs procédures et protocoles de certification accrédités par un tiers indépendant ou par les fabricants eux-mêmes (comme dans le cas de Microsoft). Certains des paramètres que vous devez vérifier avant de suivre un cours sont les suivants :

  • Reconnu internationalement ou pas ?
  • Quelles sont les qualifications requises ?
  • La certification est-elle offerte dans votre ville?
  • Est-il accompagné d’un séminaire ou d’un atelier ?
  • Quel coût pour la certification et puis-je le faire financer moi-même ?
  • La procédure de renouvellement (comme effectuer un certain nombre d’heures en tant que pédagogue).

La plupart des organisations ont des sites Web qui contiennent toutes les informations nécessaires pour obtenir un certificat. Un site Web doit être considéré par ailleurs comme un outil permettant un premier point de contact. Étudiez ces sites Web pour vérifier la qualité des organismes de formation (avis, types de programmes, éventuellement formateurs si vous les voyez).

Créez votre entreprise pour l’orienter formation

Une fois que vous obtenez une certification Qualiopi (qui a remplacé le Datadock), vous n’avez plus nécessairement la nécessité de travailler pour quelqu’un d’autre, mais pour le faire, il s’agit de réaliser de premières formations.  Certains des éléments à prendre en compte avant de vous lancer en tant qu’entraîneur personnel indépendant sont :

  • Les besoins de trésorerie pour démarrer dont le BFR (Besoin en fonds de roulement) ;
  • La tarification horaire permettant de générer des revenus et plus largement le tarif journalier moyen (Ce que l’on appelle le TJM) ;
  • Des dépenses sur le marketing et la publicité ;
  • Dépenses professionnelles comme l’achat de logiciels, l’utilisation de solutions SAAS (Software as a service) pour la comptabilité, la gestion, les tableaux de bords, les visioconférences, etc. ;
  • Des dépenses de sous-traitance (comptable notamment) mais aussi des dépenses liées aux déplacements.

A cela, il faut ajouter la nécessité d’être en capacité de bien gérer ses plannings ; Vous n’êtes pas seulement formateur freelance, vous êtes avant tout un chef d’entreprise !

savoir gérer son planning

Savoir gérer son planning

Le Besoin en fonds de roulement des formateurs freelances

Quel que soit le montant négocié avec un organisme de formation, lorsque vous débutez, vous vous rendez vite compte qu’entre e moment de la facturation (qui intervient après la formation réalisée) et le moment des encaissements, il existe un délai. Celui-ci est le plus généralement conventionnel ; Ce qui signifie que vous négociez le paiement au moment de travailler en sous-traitance.

Cela peut être un mois de délai, parfois 30 jours fin de mois. Ces délais d’encaissement sont un besoin pour votre entreprise dans la mesure où, durant ce temps, vous avez effectué des dépenses et que vous n’avez pas les fonds sur votre compte. Cette réalité économique et financière s’appelle le BFR et si un formateur freelance n’a pas besoin de financer de stocks, par exemple, il doit pouvoir financer quelques fournisseurs, son revenu, les déplacements sur le lieu de formation, etc.

De même, lorsque vous travaillez directement avec des organismes de financement de la formation, les délais se comptent aussi en semaine. Pur déterminer vos besoins de trésorerie au démarrage, il convient donc d’estimer ces délais et de les appliquer sur le chiffre d’affaires prévisionnel.

Déterminer son tarif lorsque l’on est formateur indépendant freelance

Il est essentiel de pouvoir déterminer avec précisions ses besoins avant de vous lancer dans la tarification de vos prestations. Il est également important de sonder le marché et les tarifs proposés par les concurrents afin de connaître son futur positionnement. En fonction des zones géographiques et des sujets traités en formation, les tarifs changent. On peut toutefois estimer qu’en dessous de 300 euros HT la journée de formation, on est dans une situation de précarité.

Notre conseil : Complétez votre activité par des formations en universités ou dans les écoles lorsque vous débutez, sans trop en faire non plus. C’est l’occasion de faire, à défaut d’une rémunération importante, de la communication sur vos compétences à gérer des groupes d’étudiants dans le temps. Pensez également à organiser votre temps pour alterner les formations avec des missions de conseil, souvent plus rémunératrices.

facturer ses prestations

Facturer ses prestations : Pas si simple

Le marketing et la publicité

Le marketing est probablement la chose la plus importante que vous aurez à faire pour acquérir plus de clients. Certains des moyens que vous devriez explorer pour commercialiser vos services comprennent :

  • Site Web et blogs sont du plus bel effet pour les gens qui cherchent à se faire former : Montrez votre expertise avant tout ;
  • Plateformes de médias sociaux telles que Linkedin, Twitter, Facebook et Instagram de manière raisonnée pour montrer également votre expertise et demandez des recommandations ;
  • Le réseautage à travers les rencontres d’affaires et des clubs pour démarrer. C’est un moyen pratique pour rencontrer des opportunités business de « démarrage d’activité ».

L’ensemble de gestion des dépenses

Il s’agit d’être prudent dans un démarrage d’activité, d’autant plus si vous ne vous êtes pas fait équipé(e) par des financements de départ. Pour réaliser cela, et même indépendamment du fait de démarrer uniquement avec ses propres fonds, il est utile de mettre en place un plan de financement prévisionnel. A partir de tableurs (Excel, Google Sheet, etc.) et des suites bureautiques, vérifiez de manière scrupuleuse les écarts que vous constaterez de manière à peu près certaine.

Si vous savez que vous aurez des logiciels et des besoins à faire financer, pensez à consulter des professionnels comme les CCI ou les BGE pour obtenir des aides au démarrage d’activités. Celles-ci, en plus des conseils obtenus, vous permettront de planifier vos démarches sur les premiers mois d’activité. Il est également possible de tester son projet avec des solutions comme le portage salarial ou les couveuses d’entreprises, renseignez-vous.

Améliorez vos compétences et soyez indispensable !

La formation continue sur la condition physique maintiendra votre certification à jour. Cela vous permettra aussi de rester à jour sur les derniers développements en matière de condition physique, de santé et de gestion du poids. Les conférences annuelles sur la santé, les magazines de fitness et de santé, les programmes de congrès et les cours sont quelques-uns des moyens d’améliorer vos compétences.

Travaillez vos clients avec soin, faites toujours valider par les apprenants la qualité des prestations que vous réalisez et essayez de renouveler vos contrats d’année en année.

X.D.